Vous êtes ici

Un symposium des chefs traditionnels sur la transition démographique en préparation à Niamey

NIAMEY- (Niger), 8 octobre 2021- Le Représentant Résident au Niger du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) M. Ismaila Mbengue a été reçu par le Président de la République du Niger, Chef de l’Etat, SEM Mohamed Bazoum. Au centre de la rencontre les préparatifs du Symposium sur la Transition Démographique avec les Chefs traditionnels du Niger qui aura lieu à Niamey, les 21, 22 et 23 novembre 2021.

Au cours de ce symposium les participants échangeront sur le mariage des enfants, la Planification Familiale, et l’éducation et le maintien des filles à l’école.

L’occasion sera aussi saisie par les participants pour échanger sur les bonnes pratiques sur les questions de lutte pour l’élimination du mariage des enfants, la promotion de la Planification Familiale, la scolarisation et le maintien des filles à l’école.

Trois déclarations – sur le mariage des enfants, sur la Planification Familiale et sur l’éducation et le maintien des filles à l’école - sont attendues de cette grande rencontre des leaders communautaires et religieux.

Un plan d’action basé sur des approches communautaires sera élaboré pour accompagner le Gouvernement les questions de population et développement.

Depuis 2012, UNFPA Niger a intensifié sa collaboration avec les chefs traditionnels à travers un appui ponctuel à l’Association des Chefs Traditionnels du Niger (ACTN).

L’ACTN est devenu un partenaire de mise en œuvre de UNFPA Niger à part entière en 2014. Ce partenariat se traduit par un Mémorandum d’Accord ainsi que des plans de travail annuels pour la mise en œuvre d’activités à haut impact avec l’appui technique et financier de UNFPA. La formalisation de ce partenariat est l’aboutissement de plusieurs années de collaboration et de la reconnaissance du rôle crucial que jouent les chefferies traditionnelles dans le développement du pays et la promotion des droits.

Au Niger, les chefs traditionnels sont des personnes élues ou désignées pour diriger une communauté coutumière et traditionnelle (fraction, quartier, village, tribu, groupement, secteur, canton). Respectés dans leurs communautés, ils jouent aussi un rôle de premier plan dans la gouvernance en tant qu’agents de l’administration à part entière. En effet, les communautés coutumières et traditionnelles font partie intégrante de l’organisation administrative sur le territoire.

Entre autres responsabilités, les chefs traditionnels représentent les intérêts de leurs communautés, font le lien avec les administrations, jouent le rôle de médiateurs, accompagnent le développement socio-économique y compris en matière de santé et population, et sont membres de droit et possèdent une voix consultative aux conseils régionaux ou municipaux.