Vous êtes ici

Violences basées sur le genre : Analyse du chef de canton de Konni, l’honorable Sardawna Mahaman Salissou

Dans mon canton, on peut résumer la question de la violence basée sur le genre en cinq points essentiels pour lesquels nous indiquerons les causes et les pistes de solutions.

Premièrement, il y a l’ignorance des droits et devoirs en matière de mariage. C’est pourquoi il est important de sensibiliser les femmes et les hommes sur les questions de droits humains. Il faudra à ce titre mettre l’accent sur les droits et devoirs des épouses et des époux dans le cadre du mariage. Cette action de sensibilisation devra contribuer à la stabilité conjugale. Deuxièmement, il y a la question de la drogue qui est à la base de la violence au sein des couples.

Beaucoup de jeunes, y compris des jeunes femmes sont devenus des drogués. Une fois sous l’emprise de la drogue, ils deviennent inconscients et cela constitue une porte ouverte à toutes les formes de violence. Il faut par conséquent prendre des dispositions nécessaires pour freiner la prise de drogue par les jeunes.  Troisièmement, il y a un besoin urgent de renforcement des capacités des Chefs traditionnels.

Par exemple, dans nos cantons nous faisons beaucoup de choses en matière de lutte contre le mariage des enfants, les mariages forcés et la violence basée sur le genre, en général. Cependant, ces actions ne sont pas documentées, de plus nous n’avons pas toutes les informations sur les lieux de dépôt des éventuels rapports sur les VBG pour permettre une prise de décision.

Quatrièmement, il est important d’organiser des réunions relatives à l’Initiative Spotlight dans toutes les régions regroupant les Chefs traditionnels, la police, la gendarmerie, les défenseurs des droits humains et les juges. Des sessions de formation sur les questions de violence basée sur le que les Chefs traditionnels puissent mieux connaître leurs rôles, champs d’actions et responsabilités dans cette lutte contre les VBG. Cela devrait renforcer leurs capacités en matière de saisine des juridictions sur des cas avérés de violence basée sur le genre. Nous enregistrons des cas de viols mais sans aucune documentation. Cela est lié au fait que certains Chefs traditionnels ne savent pas comment faire et où aller pour transmettre ces données. Cinquièmement, une autre cause de violence au sein des couples est liée à l’alimentation. Les parce que beaucoup d’hommes ne connaissent pas leurs droits et devoirs. Beaucoup d’hommes pensent que, une fois qu’ils donnent une demi-mesure de mil à leurs femmes, tout est réglé. Il faut sensibiliser les hommes sur la prise en charge des besoins alimentaires de leurs familles pour atténuer les cas de VBG.