Vous êtes ici

La jeunesse nigérienne s’engage pour la consolidation de la paix

Dans trois régions du Niger, Niamey la capitale, Zinder et Tillaberi, les jeunes nigériens issus de différentes structures de jeunes se sont mobilisés pour commémorer la journée Internationale de la Paix. Ces jeunes sont membres du Réseau Africain des Adolescent(s)e et des Jeunes en Population et Développement(AfriYan), du Conseil de la Jeunesse. D’autres sont venus des différentes communes d’intervention du Projet Peace Building (PBF) où ils portent la casquette de conseillers municipaux juniors.  

A Niamey, c’est le Réseau Paix et Sécurité pour les femmes dans l’Espace CEDEAO (REPSFECO) qui a organisé un dialogue intergénérationnel à l’intention d’une centaine de jeunes filles leaders venues des régions de Tahoua, Tillabéry et Zinder qui sont les zones d’intervention du Projet Peace Building. Les jeunes ont eu des échanges avec des femmes leaders sur le rôle des jeunes dans la consolidation de la paix et leurs capacités ont été renforcés en leadership féminin.

A Zinder, les jeunes se sont rendus au gouvernorat pour réitérer leur engagement pour la consolidation de la paix, une activité qui a été conduite par l’ONG CADEL.    

A Tillaberi, les 175 conseillers municipaux juniors de la région ont marché de la tribune officielle au gouvernorat, pour remettre au gouverneur de la région le document signé de leur engagement pour œuvrer dans la consolidation de la Paix au Niger et dans tout le Sahel. La remise du document de l’engagement aux autorités locales a été faite sous le lead du Président du Conseil National de la Jeunesse. Les conseillers municipaux juniors de la région de Tillabéry se sont engagés pour la consolidation de la Paix, la cohésion sociale et la lutte contre les violences basées sur le genre.

Cette activité a été mis en œuvre l’ONG APPADN rentre dans le cadre du Projet Peace Building. Toutes ces activités qui rentre dans le cadre de la commémoration de la Journée Internationale de la Paix ont bénéficié du soutien technique et financier du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

A Niamey, comme à Tillaberi et Zinder, ces manifestations de jeunes ont obtenu le soutien des autorités régionales, notamment les gouverneurs, des autorités centrales, à savoir les ministères sectoriels, des élus locaux, des forces de défense et de sécurité, des autorités traditionnelles et religieuses et des organisations de la société civile.

JeMarchepourlaPaix

JeunessepourlaPaix

PaixauSahel

PutYoungPeopleFirst