Parceque tout le monde compte

Search
AccueilRegions et Pays Afrique Sub-SahariennePlan du site
UNFPAProgrammeProjetsNewsPublicationsCIPDLiens
INDEX: SANTÉ: Indicateurs

Indicateurs: Situation en matière de santé de la mère et de l'enfant*

L'enquête à indicateurs multiples (MICS2) du Niger est une enquête sur les ménages, les femmes et les enfants. Les résultats de la MICS2 sont représentatifs au niveau national et régional. Les principaux objectifs de l'enquête consistent à recueillir des informations récentes pour l'évaluation de la situation des enfants et des femmes au Niger à la fin de la décennie et de fournir les données nécessaires pour le suivi des progrès en vue de la réalisation des objectifs établis au cours du Sommet mondial pour les enfants et pour servir de base aux actions futures.

Mortalité infantile et infanto-juvénile

  • Les résultats de la MICS2 au Niger ont montré que la mortalité infantile et juvénile se situe à des niveaux encore élevés. Au cours de la période centrée sur 1995, sur 1 000 enfants nés vivants, 126 sont décédés avant leur 1er anniversaire; sur 1 000 enfants survivants au premier anniversaire, 177 sont décédés avant d'atteindre l'âge de cinq ans. Enfin, la mortalité infanto-juvénile (de la naissance à l'âge de 5 ans exacts) touche 280 enfants pour 1 000 naissances vivantes. Ce niveau élevé de mortalité infanto-juvénile a été également observé au cours des cinq années précédant l'EDSN-II 1998 (274 pour 1000) et au cours des cinq premières années précédant l'EDSN-I 1992 (318 pour 1000) et, d'après la MICS1, au cours de la période centrée sur 1989 (337 pour 1000).

Éducation

  • Moins du tiers (30 %) des enfants en âge d'aller à l'école primaire au Niger fréquentent une école primaire. À l'exception de la capitale Niamey (70%), cette fréquentation scolaire est faible dans toutes les régions, et d'une manière plus prononcée dans la région de Tahoua (11 %). Les disparités de la fréquentation d'une école primaire sont très nettes entre garçons et filles (35% contre 25%).

  • Sept enfants sur dix (70 %) qui entrent en première année de l'école primaire atteignent, en définitive, la cinquième année. Si dans la plupart des régions, la grande majorité des enfants qui entrent en première année accéderont à la cinquième (variant de 66 % Dosso à 96% à Agadez), dans la région de Tahoua, cette proportion n'est que de 14%.

  • Seulement 20% de la population adulte de 15 ans ou plus est alphabétisée au Niger. Non seulement, le taux au niveau national est très faible mais on constate une très forte disparité entre les hommes et les femmes (30% contre 11%). À l'exception de la capitale, Niamey (49%), le taux d'alphabétisation des femmes est faible dans toutes les régions.

Eau et assainissement

  • Au niveau national, 43% des ménages utilise l'eau salubre pour la boisson. Si à Niamey et dans les autres villes, près des trois quarts des ménages utilisent de l'eau de boisson salubre (respectivement 73% et 80%), dans pratiquement toutes autres régions et en milieu rural, respectivement moins de la moitié et à peine le tiers ont accès à une eau de boisson salubre.

  • Seulement 18% ménages ont accès à un système sanitaire de traitement des excréments La situation déplorable de la faible utilisation de systèmes sanitaires de traitement des excréments est générale à toutes les régions du Niger, à l'exception de Niamey.

Malnutrition des enfants

  • Quarante pour cent (40%) des enfants âgés de moins de 5 ans au Niger souffrent d'insuffisance pondérale ou sont trop minces pour leur âge. De même, 40% des enfants souffrent de retard de croissance ou sont trop courts pour leur âge et 14% sont émaciés ou trop minces pour leur taille.

Allaitement au sein

  • Seulement 2% des enfants âgés de moins de 4 mois sont allaités exclusivement, ce qui est très inférieur à la recommandation de l'UNICEF qui veut que tous les enfants soient exclusivement allaités jusqu'à l'âge de 4 mois ou de 6 mois. A l'âge de 6-9 mois, 56% des enfants reçoivent du lait maternel et des aliments solides ou semi-solides. A l'âge de 20-23 mois, 61% continuent d'être allaités.

Iodation du sel

  • Quarante quatre pour cent (44%) des ménages au Niger disposent de sel iodé de façon adéquate (25 PPM). La faible consommation du sel iodé concerne particulièrement les régions de Tillaberi, de Dosso, d'Agadez et de Maradi (respectivement 27%, 33%, 34% et 39%). Par contre, dans les régions de Tahoua, Zinder et Niamey, la majorité des ménages consomment du sel iodé (respectivement 60%, 53% et 55%).

Supplément en vitamine A

  • Dans l'ensemble, sept enfants sur dix âgés de 6-59 mois ont reçu un supplément de vitamine A, dont 59% au cours des six derniers mois, 6% avant les six derniers mois et 3% à une date inconnue. Au cours des six derniers mois, les enfants de Tahoua ont plus reçu de suppléments en vitamine A (81%) que ceux des régions de Tillaberi (33%) et de Zinder (36%).

  • Parmi les enfants de 24-59 mois et parmi les mères qui ont eu un enfant au cours des 12 derniers mois, respectivement 2% et 14% ont souffert d'une cécité crépusculaire.

Faible poids à la naissance

  • Environ 12 % des nourrissons auraient un poids inférieur à 2500 grammes à la naissance. Ce faible poids varie de 7% dans la région de Dosso à 15% dans la région de Tahoua.

Couverture vaccinale

  • Seulement , 22% des enfants âgés de 12 à 23 mois ont reçu les vaccinations du PEV (BCG, trois doses de DTCoq, trois doses de Polio et une dose de rougeole). Cependant, pour seulement 13% des enfants, tous les vaccins ont été administrés avant l'age de 12 mois, tel que recommandé. On note, par ailleurs, que 45% des enfants n'ont reçu aucune vaccination.

  • On note, par ailleurs, que le faible taux de la couverture vaccinale au Niger est plus un problème rural qu'urbain. Si seulement 15% des enfants vivant en milieu rural sont complètement vaccinés, en milieu urbain plus de six enfants sur dix le sont (65% à Niamey et 60% dans les autres villes).

Diarrhée

  • Environ quatre enfants sur dix ont souffert de la diarrhée au cours des deux dernières semaines. Bien que les maladies diarrhéiques soient importantes au Niger, parmi les enfants ayant eu la diarrhée au cours des deux dernières semaines, seulement 14% ont été traités à l'aide de Sels de Réhydratation Orale (SRO).

  • Les aliments à base de céréales sont, toutefois, donnés aux enfants au cours du dernier épisode (73%). Dans l'ensemble, au cours du dernier épisode, 98% des enfants ont reçu un traitement recommandé.

  • Cependant, seuls 38 pour cent des enfants souffrant de diarrhée ont reçu davantage de fluides et ont continué de manger tel que recommandé.

Infections respiratoires aiguës

  • Douze pour cent (12%) des enfants âgés de moins de cinq ans avaient une infection respiratoire aiguë au cours des deux semaines précédant l'enquête. Environ 27 % de ces enfants avaient été présentés à un prestataire de soins de santé approprié.

Initiative de la PCIME

  • Dans l'ensemble, 60% des enfants de moins de cinq ans étaient déclarés malades au moment de l'enquête

  • Parmi les enfants âgés de moins de cinq ans qui auraient eu la diarrhée ou d'autres formes de maladies au cours des deux semaines précédant l'enquête, 36% avaient reçu davantage de fluides et continuaient de manger selon les recommandations du programme de la PCIME.

  • On note, par ailleurs, 36% des mères connaissent au moins deux des signes pour lesquels un enfant doit être emmené immédiatement dans un établissement de santé.

Paludisme

  • Au Niger, malgré la forte prévalence du paludisme, seulement 17% des enfants âgés de moins de cinq ans dormaient sous une moustiquaire avant l'enquête, dont 6% sous une forme imprégnée à l'insecticide.

  • Environ 42% des enfants avaient fait une fièvre au cours des deux dernières semaines. Parmi ces enfants, 48 % avaient reçu un traitement recommandé, dont 48% de Nivaquine (chloroquine) et moins de 1 % le Fansidar. Par ailleurs, les enfants ont reçu d'autres traitements, notamment l'Aspirine (30%) et le Paracétamol (15%).

VIH/SIDA

  • Le quart (26%) des femmes âgées de 15 à 49 ans connaissent les trois principaux moyens de prévention de la transmission du VIH - avoir un seul partenaire sexuel, l'utilisation d'un préservatif à chaque rapport sexuel et l'abstinence sexuelle.

  • Seulement 6% des femmes ont identifié correctement trois conceptions erronées concernant la transmission du VIH - à savoir que le VIH peut être transmis par des moyens surnaturels, par les piqûres de moustiques, et qu'une personne apparemment en bonne santé ne peut être infectée.

  • Seulement 12% des femmes en âge de procréer au Niger connaissent un endroit où l'on peut effectuer le test du Sida, et environ 1% ont été testées.

  • Le pourcentage des femmes qui ont des connaissances suffisantes de la transmission du VIH et le pourcentage qui sait où se faire tester pour le VIH augmente considérablement avec le niveau d'instruction.

Contraception

  • Au Niger, 14% des femmes en union ont déclaré utiliser la contraception au moment de l'enquête, dont 4% pour une méthode moderne.

Soins prénatals

  • Quatre femmes sur dix ayant accouché au cours des 12 derniers mois au Niger sont protégées contre le tétanos néonatal, dont plus du tiers (36%) ont reçu deux ou plusieurs doses de toroïdal tétanique au cours des trois dernières années.

  • On note, également, que quatre femmes sur dix ayant accouché au cours des 12 derniers mois ont reçu des soins prénatals d'un personnel de santé formé (médecin, infirmier, sage-femme).

Assistance pendant l'accouchement

  • Au cours des 12 derniers mois,16% des naissances intervenues ont reçu l'assistance d'un personnel formé de la santé : 15% avec l'aide d'une sage-femme ou infirmière et 1% avec l'aide d'une médecin.

Enregistrement des naissances

  • Parmi les enfants de moins de cinq ans, seulement 45% ont été enregistrés à l'état civil. En ce qui concerne l'enregistrement des naissances, il n'existe pas de disparités importantes entre les sexes. Si en milieu urbain, 85% des enfants sont enregistrés à l'état civil, en milieu rural moins de la moitié l'est (40%).

Orphelinat et dispositions relatives à la garde des enfants

  • D'une manière générale, 83% des enfants âgés de 0 à 14 ans vivent avec les deux parents. Les enfants qui ne vivent pas avec un parent biologique représentent 8% et les enfants qui ont perdu un ou les deux parents représentent 5% de tous les enfants âgés de 0 à 14 ans.

Travail des enfants

  • Parmi les enfants âgés de 5 à 14 ans, 70% effectuent un travail quelconque au moment de l'enquête.

  • Cependant, seulement 3% des enfants âgés de 5 à 14 ans effectuent un travail rémunéré, et 40% participent à un travail non-rémunéré pour une personne autre qu'un membre du ménage.

  • Sept enfants sur dix (70%) effectuent des tâches domestiques, telles que la cuisine, la collecte de l'eau, et s'occupent d'autres enfants, pendant moins de quatre heures par jour, tandis que 17% consacrent plus de quatre heures par jour à ces tâches.

Tableau statistique des principaux indicateurs (doc)

*SOURCE :E NQUETE MICS 2 République du Niger/UNICEF décembre 2000 (résumé)


haut

Santé
Orientations du Niger en matière de la santé de la reproduction
Interventions du UNFPA
Indicateurs
Les 16 moyens de l'UNFPA pour prévenir le VIH/Sida
Le Système de Santé et Orientations Stratégiques du Niger pour le Développement Sanitaire
Assistance de l'UNFPA au Niger en matière de Santé de la Reproduction
Partenaires du Niger en matière de la santé de la reproduction
VIH/SIDA

Fondo de Poblacion de las Nacionas Unidas RépertoireContactez-nousIndex du siteRechercheSiège de l'UNFPA
© 2002 Fonds des Nations Unies pour la population.
Tous droits réservés.
Clauses et conditions d'utilisation | Politique de confidentialité