Parceque tout le monde compte

Search
AccueilRegions et Pays Afrique Sub-SahariennePlan du site
UNFPAProgrammeProjetsNewsPublicationsCIPDLiens
ACCUEIL : Le Niger en bref

Caractéristiques générales du pays

(SOURCE:ENQUETE MICS2 /République du Niger/UNICEF décembre 2000)
La République du Niger, pays situé en Afrique Subsaharienne, est limitée au nord par l'Algérie et la Libye, à l'est par le Tchad, au sud par la République Fédérale du Nigeria et le Bénin, à l'ouest par la Burkina Faso et au nord-ouest par le Mali. De par sa superficie, le Niger est l'un des pays les plus vastes en Afrique de l'ouest avec 1.267.000 km2. C'est aussi un pays continental et enclavé, sans débouché sur la mer. Le port le plus proche est situé à près de 1 000 km. Son climat est tropical de type soudanien. Il se caractérise par deux (2) principales saisons : une très longue saison sèche qui dure huit (8) mois, du mois d'octobre au mois de mai et une courte saison des pluies qui dure quatre (4) à cinq (5) mois, du mois d'avril (ou mai) au mois de septembre. On note, par ailleurs, que la population nigérienne vit essentiellement de l'agriculture, de l'élevage, de la pêche et de l'artisanat

L'histoire du territoire, qui est devenu le Niger moderne actuel, est très riche en événements. Elle a été marquée, depuis le VIIème siècle après Jésus christ , par d'importantes migrations et de multiples brassages des populations favorisés par sa position géographique et l'expansion rapide de l'Islam. La République du Niger a accédé à l'indépendance en 1960, comme beaucoup d'autres régions africaines. La langue officielle est le français. Le Niger était subdivisé, jusqu'avant la loi sur la décentralisation, en sept (7) départements et une (1) communauté urbaine. Les départements étaient subdivisés en arrondissements, les premiers étant administrés par des préfets et les seconds par des sous-préfets. Cependant, la réforme administrative adoptée au courant de l'année 1999 a transformé les départements en régions, et les arrondissements en départements. Si l'organisation administrative a peu varié depuis l'indépendance, le Niger a connu par contre de nombreuses mutations politiques. Aujourd'hui, après les élections présidentielles et législatives démocratiques et pluralistes d'octobre et novembre 1999, le pays a retrouvé sa stabilité. Le processus de décentralisation, amorcé depuis plusieurs années sera bientôt opérationnel et permettra aux représentants élus des populations de prendre en charge la gestion des nouvelles entités administratives. Ceci permettra aussi d'améliorer le processus d'identification, d'élaboration et d'exécution des plans et programmes de développement avec une meilleure prise en compte des préoccupations et des besoins des populations.

L'économie du Niger repose, en grande partie, sur les activités agricoles liées elles-mêmes essentiellement à la pluviométrie. Pourtant, malgré de nombreuses années, pendant lesquelles le pays a eu de bonnes récoltes agricoles, au cours de ces deux (2) dernières décennies, l'économie nigérienne est en crise depuis 1982-1983. C'est au cours de cette période que les premiers programmes d'ajustement structurel ont été mis en oeuvre par le gouvernement avec l'appui de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International. Malheureusement, ces programmes d'ajustement structurel n'ont pas fourni les résultats escomptés et les difficultés économiques se sont aggravées à partir de 1990. Ces difficultés se sont d'ailleurs conjuguées avec de fréquentes perturbations sociales depuis cette période. Les principaux indicateurs macro-économiques sont à des niveaux assez critiques: depuis 1991 le PIB par tête ne dépasse pas 98.000 FCFA (143 $US aujourd'hui) et le taux de croissance économique évolue selon la conjoncture. Les taux d'inflation et de chômage sont estimés à près de 3%. À cet état de fait, il y a lieu d'y ajouter la dévaluation de 50%, en janvier 1994, du Franc CFA, la monnaie nationale que le Niger partage avec plusieurs autres pays de la sous-région.

Malgré toutes ces difficultés, la croissance démographique est assez élevée et a été estimée, depuis le dernier recensement général de la population de 1988, à 3,3% en moyenne par an. C'est là encore un autre défi, car cette croissance démographique entraîne de nouveaux besoins en services essentiels (eau, habitat, alimentation, éducation, santé), particulièrement pour les femmes et les enfants. Les données des différentes enquêtes réalisées depuis 1990 montrent qu'il n'y a pas d'amélioration significative des conditions de vie des ménages et des populations du Niger. Le taux brut de scolarisation est estimé en 1998 à 32% pour l'ensemble du pays et 25% pour les femmes. Le taux d'alphabétisation estimé en 1997 est de 17% pour l'ensemble et 12% pour les femmes. Au niveau de la santé, il a été estimé en 1999, qu'il y avait 1 médecin pour 35 317 habitants alors que les normes de l'OMS prévoient 1 médecin pour 10 000 habitants. Les taux de mortalité infantile et de mortalité infanto-juvénile sont respectivement de 123‰ et de 274‰ (EDSN-II, 1998) et la couverture vaccinale des enfants est de 18% (EDSN-II, 1998).

Autres sources d'information

Tableau d'indicateurs de développement

Niger en un coup d'oeil( pdf)

CARTE GEOGRAPHIQUE DU NIGER

 


haut

Fondo de Poblacion de las Nacionas Unidas RépertoireContactez-nousIndex du siteRechercheSiège de l'UNFPA
© 2002 Fonds des Nations Unies pour la population.
Tous droits réservés.
Clauses et conditions d'utilisation | Politique de confidentialité