Parceque tout le monde compte

Search
AccueilRegions et Pays Afrique Sub-SahariennePlan du site
UNFPAProgrammeProjetsNewsPublicationsCIPDLiens
INDEX: JEUNES: Initiative pour la Santé Sexuelle et Reproductive des Jeunes et Adolescents

Initiative pour la Santé Sexuelle et Reproductive
des Jeunes et Adolescents au Niger
(AGADEZ, DOSSO, ZINDER, CUN)

Les jeunes et adolescents représentent une frange importante de la population dans la plupart des pays en développement. Au Niger, les jeunes et adolescents de 10 à 24 ans représentent près de 29 % (83% vivent en milieu rural)[1] de la population totale du pays estimée en 2000 à 10 millions d’habitants. Ils constituent une cible fragile et vulnérable de la population de par leur situation intermédiaire entre l'enfance autrefois bénéficiant d’une attention prioritaire des parents et l’âge adulte à laquelle, ils sont laissés à eux-mêmes. En l’absence d’un encadrement adéquat au niveau familial, social et scolaire, peu informés sur la sexualité et la parenté responsables surtout dans les villes, ils connaissent une sexualité précoce (15,1 ans chez les filles et 20,4 ans chez les garçons). Utilisant très peu les méthodes contraceptives modernes (1,3% en moyenne pour un taux d’utilisation nationale de 8%), plus de 36% des adolescents ont eu au moins un enfant à l’âge de 17 ans) contribuant ainsi à plus de 14 % à la fécondité totale du pays qui est de 7,5 enfants par femme (taux le plus élevé au monde). Il sont exposés aux avortements provoqués dont les conséquences sont souvent fatales: entre 1996 et 1998, la proportion des décès de jeunes et adolescents de 15 à 24 ans suites aux complications des avortements provoqués est de 69% à la maternité Issaka Gazobi de Niamey (rapport d’activité 1996-1998).

D’autre part, les jeunes/adolescents sont les plus exposés aux IST/VIH/SIDA: 75,6% des garçons de 15-25 ans ont entendu parler du SIDA contre 42,5% chez les filles (87,5% en milieu urbain, 47,7% en zone rurale)[2]; 28% seulement des jeunes de 15-24 ans utilisent un préservatif au cours des rapports sexuels alors que la moyenne des partenaires sexuels se situe autour de 3. Sur le plan socioculturel, les filles sont sujettes à une discrimination plus importante par rapport aux garçons dans leur éducation (le taux de scolarisation est de 34,1 % au Niger dont 26,9% pour les filles; 78,4 % des jeunes filles de 15-25 ans ne sont pas scolarisées). En outre, les filles subissent l’exclusion scolaire en cas de grossesse, le mariage précoce (sur 354 fistuleuses recensées, 347 ont été mariées entre 10 et 17 ans, parmi elles, 280 ont eu leur première grossesse entre 14 et 17 ans), les multiples tâches domestiques, la discrimination alimentaire, la préférence donnée aux « fils », le refus du dialogue parental en matière de sexualité, le manque de liberté d’expression sur des sujets considérés comme tabous, l’analphabétisme, etc. Les principales difficultés auxquelles les jeunes sont confrontés sont liées à l’absence de structures adaptées à leurs besoins en matière de santé sexuelle et reproductive (SR), d’information, d’éducation. Conscient des problèmes et préoccupations des jeunes en matière de santé sexuelle et santé de la reproduction, 4 centres de conseils et prestations en SR pour jeunes (CCJ) ont été initiés à partir de 1997 avec l’appui du FNUAP, à travers l’ANBEF et le Ministère des Sports et de la Culture. Ces centres très utilisés par les jeunes constituent une innovation et un acquis pour la satisfaction de leur besoins. Fort de cette expérience, le Gouvernement du Niger et le FNUAP ont décidé d’engager une Initiative ambitieuse pour répondre aux préoccupations de plus en plus grandes des jeunes et adolescents du Niger. L’Initiative sera exécutée sur une période de 5 ans (2002-2006) en deux phases : 2002-2003 afin de se conformer au nouveau cycle harmonisé de programmation des Agences du système des Nations Unies, puis 2004-2006. L’Initiative pour la santé sexuelle et reproductive des jeunes et adolescents qui sera réalisée dans les régions d’Agadez, Dosso, Zinder et la Communauté urbaine de Niamey vise les objectifs suivants.

Objectifs

a) Favoriser une accessibilité accrue aux services de qualité dans les zones d’intervention du programme en contribuant à minimiser les barrières législatives à la Santé de la Reproduction pour jeunes et adolescents et à créer de nouveaux services

b) Contribuer à une gestion renforcée des services de santé de la reproduction au niveau central et dans les zones d’intervention du programme en renforçant la capacité des partenaires de l’Initiative (MJ/IPJ, MSP/LCE, MDS/PF/PE/P,MSC, MEB, MES/R/T, ONG, Associations, etc.) à la gérer ; développant les plans de travail, coordonnant les activités et le suivi, évaluant et disséminant les résultats ; impliquant les jeunes dans la gestion de l’Initiative.

c) Susciter l’augmentation de la demande de services SR par l’utilisation d’une gamme de produits IEC pour promouvoir une connaissance accrue en SR chez les jeunes, les parents et les leaders communautaires ; la promotion et l’adoption de comportements responsables ; l’augmentation de la demande de services de SR chez les jeunes.

d) Renforcer les structures pour la prestation de services et d’informations en SR à l’adresse des adolescents et des jeunes, notamment la capacité des structures locales d’IEC, de formation, les maisons de jeunes, de la culture, les samaria, les CSI, les écoles, les prisons pour améliorer leurs compétences en SR pour jeunes, en développement des activités d’IEC, en gestion des services, en suivi et évaluation

Modalites de mise en œvre et d'execution

Etant donné le caractère innovateur de l’Initiative au Niger, la mise en œuvre sera assurée par différents partenaires qui interviennent dans le domaine des jeunes et adolescents. Il s’agit des institutions et organismes :

  • non gouvernementaux (ONGs, Associations)

  • gouvernementaux (ministères de la Jeunesse et de l’Insertion Professionnelle des Jeunes; Sports et de la Culture; Education de Base; Enseignements Secondaire et Supérieur, de la Recherche et de la Technologie; de la Santé Publique et de la Lutte contre les Endémies; du Développement social, des Transports et de la Communication.

Tous ces partenaires entreprendront des activités simultanées et multisectorielles, s’associeront de manière synergique et harmonieuse pour traiter la perspective jeunes et adolescents dans la société Nigérienne et tireront avantage de tous les programmes et activités orientés vers les jeunes.Une équipe pluridisciplinaire et multisectorielle sera constituée sur la base de profils définis et nécessaires tant au niveau central qu’au niveau régional afin d’impliquer toutes les parties prenantes. En outre, des points focaux des différents ministères participant aux activités constitueront un comité de pilotage pour l’Initiative. L’Académie pour le Développement de l’Education (AED) qui est une ONG américaine ayant un avantage comparatif et une renommée dans le domaine des programmes de communication et de jeunesse assurera l’exécution technique et financière de l’Initiative. Le FNUAP, conformément aux procédures internes participera activement à la mise en œuvre et l’exécution de l’Initiative. Des mécanismes et outils de suivi et évaluation (monitoring, visites de terrain, audit, etc.) sont prévus à toutes les étapes de l’Initiative afin d’assurer la transparence de l’exécution et de la mise en œuvre.

Financement

Le budget total de l’Initiative est estimé à 5.884.940 US$ pour la période 2002-2006. Il se décompose ainsi :

SOURCES DE FINANCEMENT MONTANT
Fonds réguliers FNUAP 3.250.000 US$
Fonds multibilatéraux (1) 1.011.680 US$
Autres fonds (à rechercher) 1.623.260 US$

(1) - Financement du Gouvernement Belge acquis pour la période 2002-2003


haut

Jeunes
Jeunes au Niger
Actualités
Initiative pour la Santé Sexuelle et Reproductive des Jeunes et Adolescents
Fondo de Poblacion de las Nacionas Unidas RépertoireContactez-nousIndex du siteRechercheSiège de l'UNFPA
© 2002 Fonds des Nations Unies pour la population.
Tous droits réservés.
Clauses et conditions d'utilisation | Politique de confidentialité