Parceque tout le monde compte

Search
AccueilRegions et Pays Afrique Sub-SahariennePlan du site
UNFPAProgrammeProjetsNewsPublicationsCIPDLiens
INDEX: Genre

Les Femmes font face au VIH/SIDA

La lutte contre le VIH/sida fait partie intégrante du mandat de l'UNFPA qui doit contribuer à l'accès universel à la santé reproductive (objectif de la CIPD pour 2015). Lutter contre le sida c'est aussi renforcer le statut, la condition et le pouvoir de décision des femmes pour qu'elles aient la possibilité de se protéger contre le sida. Il faut également encourager les hommes à prendre leurs responsabilités et à respecter les choix d'autrui en la matière.

Une analyse de la propagation du sida a permis d'identifier les facteurs spécifiquement défavorables aux femmes:

  • De part ses particularités anatomiques la femmes court un risque primaire de transmission du sida (fragilité de la muqueuse vaginale, déchirure) ; risque qui s'accroît considérablement en cas de relations sexuelles non consenties.
  • De part sa dépendance économique, la femmes est également contrainte d'accepter des rapports sexuels non désirés (inceste, mariage précoce, viol entre époux, prostitution).
  • De part son statut de subordonnée, la femme se doit d'être soumise à son partenaire et n'a que peu de possibilité pour négocier le port du préservatif. La décision d'utiliser la contraception est souvent une prérogative masculine. Toute demande de la femme entraîne des présomptions pouvant mener à la violence ou au rejet.
  • De part son faible niveau d'éducation et d'alphabétisation, la femme a un accès moindre à l'information sur la santé reproductive et particulièrement sur le sida ; tabou par excellence. L'accès aux service de santé reproductive est parfois lui-même soumis à une autorisation masculine ou parentale. L'une des conséquence du manque d'information est que le femme, une fois mariée, ne se sent plus concernée par le sida, et ceci même en situation de polygamie.
  • De part les pratiques traditionnelles néfastes, l'avortement, l'accouchement et les transfusion post-partum, les risques de transmission du VIH/Sida augmentent encore.

Pour des raisons physiologique, économique et socioculturelle, la femme est donc plus vulnérable à l'infection par le VIH/sida. La femme - et ses enfants - subissent les risques ; l'homme est plus porté à en prendre. Les attitudes et comportements socioculturels de dominance sont reproduits au sein de la relation de couple.
" Les femmes ne sont souvent pas à égalité avec les hommes au moment d'aborder les rapports sexuels; souvent, elles y sont contraintes par la violence ou sous l'effet de la pauvreté. Nous devons affranchir les femmes pour qu'elles exercent leur droit de dire NON et agir auprès des hommes pour garantir qu'ils respectent le droit des femmes à dire NON à des pratiques sexuelles dangereuses aussi bien que s'abstenir de rapport sexuel. " (Thoraya A. Obaid, Directrice Executive de l'UNFPA)

Le renforcement des connaissances des femmes en matière de santé reproductive et la sensibilisation des hommes sont la base du dialogue indispensable qui doit être mené au sein du couple, sans craintes ni préjugés. L'équité d'information et l'égalité dans le dialogue constituent les premières défenses face à la pandémie du sida.

Dans son volet " Genre et Santé de la Reproduction ", l'Initiative Genre prévoit de réviser la stratégie de communication en santé reproductive, y compris en ce qui concerne le sida, pour assurer un plus grand accès des femmes et des jeunes filles aux services d'information et de soins.

Genre
Etre une Femme au Niger
Actualités genre au Niger
Les Femmes face au VIH/SIDA
Une Initiative genre au Niger
La fistule n'est pas une fatalité
Les Femmes victimes de violences
   
   
   

Fondo de Poblacion de las Nacionas Unidas RépertoireContactez-nousIndex du siteRechercheSiège de l'UNFPA
© 2002 Fonds des Nations Unies pour la population.
Tous droits réservés.
Clauses et conditions d'utilisation | Politique de confidentialité