Parceque tout le monde compte
Search
AccueilRegions et Pays Afrique Sub-SahariennePlan du site
UNFPAProgrammeProjetsNewsPublicationsCIPDLiens
ACCUEIL:

Célébration de la Journée Internationale « Tolérance Zéro » aux mutilations génitales féminines dans les communes rurales de Tamou et Guéladjio

- Tamou, le 06 février 2010 -

 

Désormais la population bannit la pratique de l'excision

 

Le Niger a célébré le samedi 06 février 2010 la Journée internationale « Tolérance Zéro » aux les Mutilations Génitales Féminines.

 

La pratique des M utilations G énitales F éminines, connue sous l'appellation courante «  d'excision »  est largement répandue et constitue un problème important de santé publique et de respect des droits humains.

Au Niger, le taux de prévalence des M utilations G énitales F éminines est d'environ 2%. Un niveau, certes relativement bas, mais qui ne doit pas masquer toute la gravité de la situation d'autant que les disparités sont fortes selon les régions, les groupes ethniques et les groupes d'âges. Le taux de prévalence varie ainsi de 0,1% à 12 % selon les régions ; de 0.2% à 65.8% selon les groupes ethniques. La dernière Enquête Démographique et de Santé (2006) révèle également que dans 55% des cas, l'excision a lieu dans la petite enfance. La pratique de l'excision est donc bien une réalité au Niger, un problème de santé qu'il y a lieu de combattre avec énergie.

 

La pratique des MGF est encore très courante dans le Département de Say (cantons de Tamou, Guéladjio et Torodi), et c'est ce qui explique le choix de la localité Tamou pour abriter la célébration de la Journée internationale « Tolérance Zéro » aux MGF.

Au cours de cette cérémonie, les populations du village ont rendu une déclaration populaire d'abandon de la pratique de l'excision et 12 exciseuses ont déposé officiellement leurs couteaux et déclaré qu'elles abandonnent pour toujours cette pratique.

 

Dans son allocution, la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant a indiqué que la commémoration de la Journée revêt un grand intérêt car la pratique des MGF sont de nos jours une réalité acceptée par tous et dont le combat pour son éradication interpelle tous

les citoyens et les pouvoirs publics. Le choix du thème de cette 6 ème édition de la Journée intitulé « rôle des hommes et des garçons dans l'éradication des MGF » vise à encourager les hommes de tous âges à s'engager et à appuyer les femmes pour mettre fin aux MGF.

 

« L'adoption de la loi n° 2003-025 du 13 juin 2003, réprimant toutes les MGF au Niger témoigne du ferme engagement des autorités nigériennes à éliminer ces pratiques dans notre pays », a indiqué Barry Bibata Niandou. La Ministre a salué le solide partenariat entre CONIPRAT et l'UNFPA qui a permis d'enregistrer des résultats forts encourageants, notamment le renforcement des capacités des membres de l'antenne locale (CONIPRAT de Guéladjio), l'organisation des campagnes de sensibilisation des populations sur les MGF qui a touché 2 377 personnes, l'identification de 12 exciseuses et 3 aides exciseuses, etc.

En intervenant au cours de cette cérémonie, le Représentant Résident du Fonds des Nations Unies pour la Population au Niger (UNFPA), M. Yacine Diallo a indiqué que s i le thème choisi cette année pour célébrer la Journée Internationale Tolérance Zéro aux MGF, c'est parce que ce choix met au cœur de l'action les acteurs mêmes pour lesquels la pratique de l'excision est opérée sur les filles et les femmes. En effet, la pratique des MGF est une violation des droits des femmes, une atteinte à leur intégrité physique. « Nous nous devons alors de la combattre, car nos filles et nos sœurs ont besoin de vivre une vie saine, de jouir de leurs droits en matière de Santé de la Reproduction  » a souligné le Représentant de l'UNFPA, qui se dit par ailleurs convaincu que l'engagement que les femmes ont pris à savoir l'abandon définitif de l'excision « fera de cette pratique un souvenir que les générations futures apprendront uniquement dans la lecture ». Yacine Diallo a leur a adressé toutes ses félicitations et ses encouragements d'avoir eu le courage d'abandonner cette pratique néfaste et d'accepter une reconversion vers d'autres activités socioéconomiques. Il a formulé le vœu que d'autres exciseuses suivront ce bel exemple pour que les Communautés de Tamou et Guéladjio fassent désormais de l'excision une pratique à jamais révolue. Le Représentant de l'UNFPA a enfin réaffirmé la constante disponibilité et l'engagement de son Institution et d'autres Agences du Système des Nations Unies, à savoir l'UNICEF, à accompagner les efforts du Gouvernement du Niger et de CONIPRAT à atteindre la Tolérance Zéro aux MGF en 2015!

 

Il faut noter que 5 membres du Gouvernement, 6 députés nationaux, le Gouverneur de la Région de Tillabéry, du Représentant Résident du Fonds des Nations Unies pour la Population au Niger (UNFPA), des honorables chefs de canton de Say et de Tamou, la délégation du Comité interafricain de la lutte contre les mutilations génitales et de plusieurs invités ont fait le déplacement de Tamou pour venir dire STOP à la pratique des MGF !

 

Fondo de Poblacion de las Nacionas Unidas RépertoireContactez-nousIndex du siteRechercheSiège de l'UNFPA
© 2002 Fonds des Nations Unies pour la population.
Tous droits réservés.
Clauses et conditions d'utilisation | Politique de confidentialité